Débattons, c’est quoi?

Un festival d’éducation populaire et politique, d’émancipation citoyenne, de rencontre festipolitique joyeuse, de réappropriation de l’espace public, d’expression, d’échange, de dialogue, de rencontres interculturelles, de manifestif résistant, de dissidence aventureuse, de contestation proposante.

Débattons dans les rues utilise l’espace public comme terrain d’action.



Une réappropriation de l’Espace Public.

Débattons dans les rues est une rencontre d’évènements de toutes formes, expérimentaux ou classiques, complémentaires, opposés (parfois) ou contradictoires (souvent) qui :
se tiennent dans l’espace public : les rues, les routes, les trottoirs, les places, les parcs et jardins sont les lieux privilégiés de leur déroulement.

Prennent un certain plaisir à investir des espaces « d’allure publique »  (des lieux privés dont la volonté marquée est d’apparaître publics) : un supermarché, une galerie commerciale, un hall de service public, une laverie automatique, etc
Des espaces « frontières » (intermédiaires entre l’espace public et un lieu privé) : un balcon, une cour, un jardin, un transport public (bus, train), etc.


Oui d’accord, mais dans quel but on fait ça ?

Débattons dans les rues vise à :

  • Se réapproprier l’espace public en le revendiquant comme un acte politique ; modifier notre rapport à l’espace public.
  • Donner une place centrale à la parole, à l’expression dans l’espace public ;
  • Interroger les nouvelles formes de militantisme et entrer en aventure dans la création de formes nouvelles d’engagement.
  • Construire une définition du mot « politique » par des actes, en affirmant que tout est politique et permettre d’ouvrir la question du politique à toutes les formes d’expression (musique, théâtre, festif, arts, militantisme) et  construire des liens entre ces différentes formes.
  • Donner aux gens rencontrés l’envie de s’engager pendant le festival et de se mettre en action par la suite.
  • Entrer dans une dynamique d’éducation populaire, c’est-à-dire dans une véritable co-éducation politique qui vise la transformation sociale.
  • Susciter l’émergence d’actions communes, la constitution de liens entre structures et personnes, la mise en place de réseaux.

Débattons dans les rues, une pratique aventureuse.

Chaque participant (personne ou collectif) est invité dans son action à prendre des risques, à sortir de ses habitudes, à se lancer en aventure sous une forme ou une autre, c’est-à-dire :
Aborder des publics qu’il n’a pas l’habitude de côtoyer (le « grand public », les passants, tel ou tel public spécifique, etc.)
et/ou utiliser des formes d’interventions inhabituelles, proposer et s’essayer à une activité, une méthode, une pratique nouvelle.
et/ou travailler avec des personnes, des groupes, ou associations avec lesquels il n’a pas l’habitude de travailler.



Débattons dans les rues, une démarche spontanée sans déclarations administratives

Cette 4ème édition de Débattons dans les rues sera déclarée, comme l’an passé, comme une manifestation au service de la Préfecture.

Ce festival a pour but de libérer les espaces publics pour expérimenter des formes d’actions différentes ouvertes à tous, et il choisit de ne pas procéder à la déclaration d’utilisation de l’espace public à la mairie de Tours, de ne pas suivre ce cadre contraignant et peu propice à l’épanouissement d’une conscience politique et citoyenne. Ces démarches habituelles et traditionnelles sont longues à effectuer, ne sont pas à la portée de tous, et lourdes d’un point de vue administratif. De fait, les refuser c’est considérer qu’elles empêchent la spontanéité citoyenne, et permettre au festival d’exister.

Le désir d’être transparents avec la mairie de Tours est cela dit toujours présent. Ils auront, comme à l’habitude, le programme dès son bouclage et seront informés de notre déclaration de manifestation.
Ce qui est refusé c’est d’enfermer Débattons dans les rues dans des démarches administratives énormes en le déclarant officiellement à la municipalité.
Avant de vous engager dans cette aventure administrative qu’est Débattons dans les rues vous pouvez y réfléchir et venir en débattre au sein de la coopilote.
Un document annexe très complet sur l’aspect législatif peut vous être donné sur demande (en envoyant un simple mail à ddlrtours@gmail.com).


La Charte

est un mouvement regroupant des gens investis. Il ne peut être représenté par une seule association ou un seul mouvement.

Ne se revendique d’aucun mouvement politique partisan, ne rejoint aucun drapeau, aucune bannière, aucun syndicat, aucun parti, aucune corporation.

Est un espace où la contradiction est possible. Ouvert à tous, il laisse toute sa place dans sa programmation aux contradictions possibles entre des groupes ou individus différents. Il ne cherche pas à mettre tout le monde d’accord pour se réaliser mais plutôt à créer un espace démocratique où puissent exister les débats en cours, les oppositions, les contradictions, les désaccords, les conflits. Des actions peuvent même émerger en réponse à d’autres.

Est gratuit et généralise l’action de donner (un café, un objet, etc) comme un contre-pied au pouvoir constant de la marchandisation. C’est un moment qui tente d’être dégagé des contingences commerciales.

Porte un message politique fort à travers des interventions dans l’espace public : il tente de créer des espaces d’expression, de rencontre, de débat, de controverses pour rendre l’espace public espace de parole politique.

S’inscrit dans le champ de l’éducation populaire comme co-éducation politique qui vise la transformation sociale.

Existe dans le rue et/ou joue avec l’ambivalence de ce qu’implique « l’espace public ».

Porte une démarche aventureuse, autant pour ses acteurs bénévoles que pour les personnes rencontrées dans la rue ; crée des actions pour donner envie d’en créer et ne veut pas proposer un simple espace de consommation événementiel.

Est un mouvement où chacun est responsable de son intervention dans l’espace public et par conséquent de la sécurité de tous.

Débattons dans les rues, COMMENT ÇA MARCHE ?

Chaque personne, collectif ou association qui le souhaite peut créer une ou plusieurs actions dans le cadre de Débattons dans les rues.

Il rejoint une des commissions pour préparer son action, construire l’événement avec d’autres et fait part de l’avancée de la préparation à la COOPILOTE.

La Coopilote : l’instance de coordination de Débattons dans les rues

La Coopilote est une instance ouverte à tous ceux qui souhaitent s’y impliquer. C’est un espace de débat, de discussion, d’échange et de décisions.

Elle est garante du présent cadre, coordonne le festival, étudie les propositions d’action, coordonne la communication de l’événement, met en réseau des individuels et des collectifs , anime les groupes de travail… C’est le lieu qui fait le lien entre les commissions, les individus… Les décisions se prennent par consensus.

La Coopilote se réunit régulièrement, un mail est envoyé pour informer de sa tenue.

Les commissions permettent une implication plus précise des participants, elles se déterminent en fonction des besoins, elles peuvent être thématiques et/ou ponctuelles : la commission « communication », la commission « logistique », la commission « fête de soutien »…

Débattons dans les rues n’est pas qu’un festival en avril !

Débattons dans les rues ne souhaite pas se limiter à n’être qu’un festival en avril de chaque année. Chacun peut proposer et animer à l’année des événements en phase avec les principes de la charte.

Financements

Pour l’instant, aucune association ou structure ne finance le festival.

L’association STAJ touraine apporte un soutien logistique en permettant d’accueillir un volontaire de service civique qui aura pour mission la coordination du festival, et met à disposition ces locaux pour les rencontres préparatoires.

Les demandes de subventions auprès des pouvoirs publics locaux ne semblent pas pertinentes pour garantir l’indépendance de Débattons dans les rues. L’Europe, qui a déjà subventionné l’événement en 2006, a été à nouveau sollicitée et une réflexion sur d’autres modes d’autofinancements doit être amorcée pour maintenir ce festival entièrement gratuit et qui donne tout ce qu’il achète dans l’espace public.

L’argent récolté sert à prendre en charge les frais liés au fonctionnement du festival. L’investissement des personnes (animateurs, comédiens, musiciens ou autres) dans le festival ne peut en aucune mesure donner droit à une prestation rémunérée. Chaque engagement personnel dans Débattons dans les rues est un don complet de son temps, de son savoir, de ses talents, de son art, de ses techniques.

 

Liens

Tags